player_pianoblog

"You are the ONLY person to visit this page. No one else will ever come here"

mardi, avril 22, 2008

le sens de l'hospitalité

l'aut' jour je chroniquais le nouveau Booka Shade pour le travail, je me faisais violence pour extirper des bons moments (j'aime bien Booka Shade, des vrais animateurs de boum avec le coeur sur la main, mais le disque est vraiment nul, il y a des tapis de cordes en plaqué or qui ne chantent rien, des chansons ridicules et des sons de synthé atroce) et j'ai glissé, à la troisième écoute (je suis un travailleur dévoué et pour citer un livre ébaubissant qui s'appelles Les fragments de Lichentenberg et que, j'espère, vous êtes en train de lire, "selon le barde Flann O'Brien, les molécules d'une bicyclette tendent à se mêler à celles du cycliste" - sans me comparer parce que je ne sais pas faire du vélo, c'est vrai que je suis incapable d'écrire à propos d'un moment de musique sans qu'elle se déroule en même temps même, pavlovien le gars) sur le solo de rhodes synthétique (encore une fois, son de synthé atroce) j'ai eu une EMOTION, je me suis dit si ça avait été un vrai piano j'aurais peut-être aimé ce morceau; je me rends compte à quel point c'est un fait indéniable sur la belle musique électronique quand j'écoute quelques beaux moments de dialogues avec les oiseaux sur le très honnête Live du très honnête (un peu trop) Henrik Schwarz ---dialogues avec les oiseaux c'est une autre définition du vocable deep, en quelque sorte, si vous voulez, si vous acceptez--- quand il met un peu de piano solo piano dans ses matières stretchées sans état d'âme (c'est un peu dommage), quand il refait des morceaux de Takahashi Kuniyuki (qui l'aime un peu trop, son piano, lui, j'ai comme l'impression que tout l'intérêt de la deep house c'est la limite diffuse d'énergie autour de laquelle elle se construit, en négatif, série d'évènements-effets virevoltant dans l'énergie amoindrie d'un inénarrable équilibre de force entre les oiseaux, qui chantonnent avec le petit dieu Sens d'un côté, et l'abysse dégueulasse du geste mécanique de l'autre, quand j'écoute All These Things de Kuniyuki Takahashi j'ai l'impression de lire une liste, de discuter avec un bouddha cybernetique qui en aurait après mon âme, quand j'écoute Schwarz je ne sais pas trop ce que je suis en train d'écouter et finalement c'est un bien rare, en dépit des moments laids, une surface irrésolue, problématique, conditions de génèse en quelque sorte si vous pouvez pardonner c'est petite ontologie ridicule de cette musique mais la deep house européenne, ses faiseurs et ses danseurs, tous courent après cette petite logique, j'en suis sur et certain), quand il en remet une couche sur les petits violons en plastoc de Boundzound, quand il grossit la matière de son "Imagination Limitation" façon gros piano vrombissant, je ne sais pas si Henrik Schwarz a un piano dans son salon, mais je suis sûr qu'il a un coeur gros comme la main; de même, quand le héros du peuple Carl Craig fait un sort à un atroce produit post kölnconcert (l'italien qui massacre Strings of Life pour en en faire de la vraie musique, là), quand le steinway résonne dans ses racks de delay simple et rebondit contre ses gros synthés, quand ses petites pompes new-agisées, affablisées jazz fusion de musique minimaliste new-yorkaise s'embourbent dans la bassline en carton et dans les cordes de DX7 et se muent en petits mécanismes cuivrés, c'est comme une libération, la house qui s'incarne en plein, avec tous ses paradoxes filandreux et son romantisme chou fleur (vous n'oserez pas argumenter contre Sakamoto quand il s'abandonne sur son Steinway, pas si vous avez vous même un coeur) et s'installent au creu de toutes les parois de la vie, surtout le matin, les pianos qui s'allongent sur les boitas c'est une musique du matin, pas une musique matinale, non, mais une musique du matin, ou comme Pierre Senges l'écrit à propos d'une toute autre chose, "les fantaisies sont entre de bonnes mains"*












*c'est un peu de la musique de droite je vous l'accorde mais achetez tout de même le maxi, c'est un chouette label français qui l'a fabriqué

1 commentaires:

À 5:57 PM , Anonymous Matthieu a dit...

Le remix de carl craig est fantastique, il a pas quitté la playlist de mon petit lecteur mp3 512mo.

T'as écouté le diskjokke sinon ?
tu aimerais, j'en suis sûr

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil