player_pianoblog

"You are the ONLY person to visit this page. No one else will ever come here"

mercredi, octobre 24, 2007

goat in the pipe

obturation, obturation

je vous explique

un petit mouton de poussière s'est échappé de mon disque dur, et,

fausto a retrouvé mes traces dans deux machineriess inutiles de réflection/projection d'ego
dans l'espace social virtuel, je dois aller une fois par jour sur mon compte mycupboard.com pour vider les poubelles de prospectus malfaisants, franchement malfaisants, politisés parce qu'il n'y a rien à y lire (c'est quoi le pluriel de prospectus? c'est quoi le singulier de prospectus? en tout cas il y a plus de photos au flash illisibles et de flyers colorés atroces dans ma ram que de papier glacé que dans ma boite aux lettres), les vendeurs de culture ne vendent plus que des supports de stockage, les jeunes ne font que comparer les différents supports de stockage, les vieux parlent encore un peu des réseaux mais le social networking parasite en volutes leurs moments de vraie communion sociale (sans bonne bouffe, sans bonne liqueur sur la table, je vois plus trop l'intérêt), on refait complètement loveless et running up that hill juste pour chanter faux et obturer les tuyaux, je vous parle pas de postmoderne c'est pas le sujet je pense aux tuyaux, et donc je me dis, c'est comme dans Volodine, c'est comme dans Against the Day, nous sommes déjà le lendemain, les poules mutantes pullulent sur les arbres, c'est nul, elles sont partout, il ne nous reste qu'à dire aurevoir de la main, buh bye, puis se coucher, rêver des rêves postmonitoires - comme dans "Z.Z.'s Sleep-Away Camp for Disordered Dreamers", cette jolie nouvelle de Karen Russell, petit poupon WASP au minois pas possible qui a quand même a eu la chance de suivre les cours de Ben Marcus à Columbia, c'est comme ça que j'y suis arrivé, et on y trouve, même si la viande devrait se gâter encore un peu, de belles choses, tout au début du recueil je me suis dit c'est marrant c'est exactement à mi-parcours entre "Pastoralia" de Saunders et Half-Life, bref - pour mieux capter les timelines et mieux comprendre ce qui nous est arrivé depuis l'Arpanet, les codex dans les tuyaux à air comprimé, Harakiri et les volutes libres dans les airs radioélectriques, heureusement il y a cette expo pour se requinquer, j'ai vu dans le metro une affiche, et avec un peu de chance on y parlera un peu de réseaux alternatifs, de lignes troubles, de litter dans les airs parce que c'est nécessaire, on parlera peut-être même de data et de pouvoir, d'encodages pour précipiter l'invention des ordinateurs quand un computeur c'était encore une personne et un boulier, et, je guéris pas, de W.A.S.T.E. et de tuyaux secrets, il ne nous reste qu'à voyager, pour de vrai, sur la terre, à dos de chameau pour ne pas trop l'abîmer, et puis attendre un peu que tout ça s'effondre pour de bon en océan de bruit blanc, qu'en émerge, à nouveau, quelques polarités, quelques mythes inédits pour résonner.

2 commentaires:

À 3:59 PM , Anonymous Bloggie a dit...

C'est bien ce texte, en le lisant je m'aperçois qu'on ne s'est quasiment jamais parlé autrement que par commentaires de blog...

 
À 2:27 PM , Blogger odot a dit...

c'est gentil. on ne se croise pas très souvent tu me diras.

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil